...
Rechercher

Employé en Israel

Etre employé en Israel comporte plusieurs aspects importants à prendre en compte.

Dans cette page, nous allons aborder succinctement différents sujets tels que le salaire minimum, les congés payés et maladie, les droits des travailleurs, le délai de préavis, le contrat de travail, ainsi que les charges sociales et patronales en Israel.

Enfin, si vous souhaitez calculer votre salaire net, ou obtenir le montant des charges bruts, nous vous invitons à utiliser notre simulateur sur le lien suivant :

Parler à des Experts

Salaire minimum en Israël

En Israël, le salaire minimum est régi par la loi. À partir de Avril 2023, le salaire minimum brut est fixé à 5 571.75 shekels par mois pour un emploi à plein temps.

Le taux horaire quant à lui est fixé à 30.61 Shekels de l’heure.

Pour les mineurs le salaire est différent.

Un « mineur travaillant » est défini comme un employé de moins de 18 ans. Le salaire minimum pour les mineurs travaillant à temps plein (défini comme 40 heures par semaine selon les réglementations sur le salaire minimum) est le suivant :

  • Pour un mineur de moins de seize ans : 70% du salaire minimum.
  • Pour un mineur âgé de 16 ans et plus mais de moins de dix-sept ans : 75% du salaire minimum.
  • Pour un mineur âgé de dix-sept ans et plus mais de moins de dix-huit ans : 83% du salaire minimum.

Le salaire minimum horaire pour les mineurs travaillant est calculé en fonction du salaire minimum mensuel applicable à leur tranche d’âge, divisé par 173 heures mensuelles. À partir du 1er avril 2023, les salaires minimums horaires actualisés pour les mineurs travaillant sont les suivants :

  • Pour les mineurs de moins de 16 ans : 22.54 ₪.
  • Pour les mineurs de 16 ans et plus mais de moins de 17 ans : 24.15 ₪.
  • Pour les mineurs de 17 ans et plus mais de moins de 18 ans : 26.73 ₪.
 

Veuillez noter que ces informations sont fournies à titre indicatif et peuvent être sujettes à des modifications. Il est recommandé de consulter les lois du travail en vigueur et de consulter un expert en droit du travail pour obtenir des conseils spécifiques sur le salaire minimum en Israël pour les mineurs.

Ce montant est réévalué périodiquement pour tenir compte de l’inflation et d’autres facteurs économiques. Il est important de noter que certaines professions spécifiques peuvent avoir des salaires minimums différents.

Comment est calculé le salaire minimum en Israel ?

Le salaire minimum en Israël est déterminé par la loi et est sujet à des mises à jour. Selon la législation en vigueur, chaque année en avril, le salaire minimum dans l’économie est actualisé et fixé à au moins 47,5% du salaire moyen, tel que défini le 1er janvier de cette année-là. Ce mécanisme garantit que le salaire minimum reste proportionnel au salaire moyen.

Au cours des dernières années, avant la mise à jour qui est entrée en vigueur en avril 2023, le salaire minimum dans l’économie était de 5 300 shekels. Pendant les années 2021-2022, le salaire moyen dans l’économie a été gelé, conformément à la Section 1 de la Loi sur l’assurance nationale, afin de stabiliser le budget de l’État et d’éviter les distorsions causées par la crise du COVID-19. Avec la fin de la période de gel, comme mentionné précédemment, le salaire minimum a été mis à jour et est passé de 5 300 shekels à 5 571,75 shekels. Cela représente une augmentation de plus de 5% du salaire minimum mensuel.

Le salaire minimum horaire est calculé en fonction de 5 571,75 shekels divisés par 182 heures mensuelles.

Congés payés et congés maladie

Un employé en Israël a droit à des congés payés annuels, également connus sous le nom de vacances, ces jours sont appelés Yemei Houfsha.

Ils sont également couverts en cas de maladie, ces jours sont appelés Yemei Mahala.

Congés maladie en Israel

Un employé en Israel qui est absent de son travail en raison d’une maladie ne recevra pas un salaire complet dès le premier jour de sa maladie. Selon les réglementations en vigueur (à l’exception des employés soumis à différents accords collectifs), le calcul habituel est le suivant :

  • Le premier jour de maladie – pas de droit à un paiement
  • Le deuxième jour – la moitié du montant
  • Le troisième jour – la moitié du montant
  • À partir du quatrième jour – l’employé recevra un salaire complet

Afin de calculer la rémunération pour les jours de maladie, vous pouvez vérifier combien de jours sont accumulés à votre avantage et, en fonction du nombre de jours que le médecin a confirmé, effectuer un calcul simple : 0% pour le premier jour, 50% du salaire quotidien pour le deuxième et le troisième jour, et un paiement complet à partir du quatrième jour et au-delà.
En outre, un employé en Israel a le droit à des congés maladie payés en cas de maladie ou d’accident, conformément à la législation en vigueur. La durée et les conditions spécifiques des congés payés et maladie peuvent varier en fonction de la durée de l’emploi et des conventions collectives applicables.

Plus d’informations dans cet article : insérer l’article qui parle des congés maladie.

Autres droits pour l'employé en Israël

En plus des congés payés et maladie, un employé en Israel bénéficient de plusieurs autres droits.

Il s’agit notamment des congés spéciaux pour événements familiaux, tels que le mariage ou le décès d’un proche, ainsi que des congés liés à la maternité, à la paternité et à l’adoption.

Les employés ont également droit à des congés pour effectuer leur service militaire obligatoire, s’ils sont concernés.

Délai de préavis en Israël

Le délai de préavis est la période de temps pendant laquelle un employé en Israel ou un employeur doit informer l’autre partie de son intention de mettre fin au contrat de travail.

En Israël, le délai de préavis varie en fonction de la durée d’ancienneté de l’employé en Israel.

Les jours de préavis se calculent sur une base calendaire, et non sur une base de « jours ouvrés ». La loi fait la différence entre les employés étant rémunérés sur la base d’un salaire mensuel, et ceux rémunérés sur la base d’un salaire horaire :

Durée de préavis en Israel pour un salarié payé au mois :

  1. Pour les employés ayant plus d’un an d’ancienneté, la période de préavis est d’un mois.
  2. Pour les employés ayant moins d’un an d’ancienneté, la période de préavis sera :
  • a. Un jour de préavis pour chaque mois travaillé, pendant les 6 premiers mois.
  • b. 2 jours et demi de préavis contre chaque mois travaillé à partir du 6ème mois, jusqu’à un maximum de 3 semaines de préavis.

Durée de préavis en Israel pour un salarié payé à l’heure:

  • Un employé ayant moins d’un an d’ancienneté aura un jour de préavis pour chaque mois de travail.
  • Un employé étant dans sa 2ème année de travail aura 14 jours de préavis auxquels il faudra rajouter un jour pour chaque 2 mois de travail supplémentaire. (Ex : pour 16 mois d’ancienneté, la période sera donc de 14 jours pour la première année, et 1 jour supplémentaire pour chaque 2 mois de travail, soit un total de 16 jours de préavis).
  • Un employé étant dans sa 3ème année de travail aura 21 jours de préavis auxquels il faudra rajouter un jour pour chaque 2 mois de travail supplémentaire.
  • Un employé ayant un minimum de 3 années d’ancienneté aura une période d’un mois de préavis.


Ce délai augmente progressivement en fonction de l’ancienneté de l’employé.
Les détails spécifiques concernant le délai de préavis peuvent être précisés dans le contrat de travail ou dans les conventions collectives applicables.

Contrat de travail en Israël

En Israël, un contrat de travail est généralement établi entre l’employeur et l’employé.

Faut-il obligatoirement rédiger un contrat de travail en Israel ?

Selon la loi, il n’est pas obligatoire en Israël de rédiger un contrat de travail écrit. Il est possible de convenir également verbalement, et cela engage les parties de la même manière qu’un contrat écrit.

Cependant, il est obligatoire de fournir à l’employé une notification écrite concernant les conditions de travail !
Il est possible de déduire les termes du contrat de travail convenus entre les parties par leur comportement, mais il est recommandé, voire souhaitable, lors de l’établissement d’un contrat verbal, d’avoir des témoins.

Un contrat de travail écrit peut éviter les conflits et les difficultés entre les parties, tandis qu’un accord verbal peut créer de l’incompréhension ou des divergences d’opinions. Il est donc très important de consigner les termes dans un document écrit.
De plus, même en l’absence d’un contrat de travail écrit, la loi impose à l’employeur l’obligation d’informer l’employé des conditions de travail – la durée de l’emploi, la nature du poste, le salaire, le volume de travail, le jour de repos hebdomadaire et les conditions sociales – dans les 30 jours à compter du premier jour de travail de l’employé.

Toutes les conditions convenues, que ce soit verbalement ou par écrit, doivent figurer dans cette notification. Si l’employeur ne respecte pas cette obligation d’information, il risque de nier les termes convenus.

Il est important de savoir que même en l’absence d’un contrat de travail écrit, l’employé a le droit de demander des compensations dans le cadre de procédures judiciaires. Des indemnités allant jusqu’à 15 000 shekels ont été accordées récemment aux employés pour des contrats de travail non écrits.

Ce contrat doit inclure des informations telles que la durée de l’emploi, le salaire, les conditions de travail, les droits et les responsabilités de chaque partie. Il est recommandé de lire attentivement et de comprendre les termes du contrat avant de le signer.

Si un contrat de travail n’est pas écrit, la loi prévoit des dispositions légales qui s’appliquent par défaut.

Etre employé en Israel : Charges sociales et patronales

En Israël, les employés et les employeurs sont tenus de verser des cotisations sociales et patronales. Les cotisations sociales comprennent des contributions à l’assurance maladie, à l’assurance nationale et à d’autres régimes de sécurité sociale. Les employeurs sont également tenus de verser des cotisations patronales, qui varient en fonction de la nature de l’emploi et de la législation en vigueur. Ces cotisations sont utilisées pour financer les programmes de sécurité sociale et les prestations auxquelles les employés ont droit, telles que l’assurance maladie, les allocations familiales et la retraite.

En Israël, il est important de noter que le prélèvement des cotisations sociales et patronales se fait à la source directement par l’employeur. L’employé de son côté n’a rien à payer, tout est prélevé directement par son employeur à la source.

Charges sociales et patronales en Israël

En Israël, les employés et les employeurs sont tenus de verser des cotisations sociales et patronales. Les cotisations sociales comprennent des contributions à l’assurance maladie, à l’assurance nationale et à d’autres régimes de sécurité sociale. Les employeurs sont également tenus de verser des cotisations patronales, qui varient en fonction de la nature de l’emploi et de la législation en vigueur. Ces cotisations sont utilisées pour financer les programmes de sécurité sociale et les prestations auxquelles les employés ont droit, telles que l’assurance maladie, les allocations familiales et la retraite.

En Israël, il est important de noter que le prélèvement des cotisations sociales et patronales se fait à la source directement par l’employeur. L’employé de son côté n’a rien à payer, tout est prélevé directement par son employeur à la source.

Etre employé en Israel

Comment calculer les charges patronales en Israel ?

Avocat spécialisé dans le droit du travail en Israel

Il est essentiel pour les employeurs de bien comprendre leurs droits et leurs obligations en tant qu’employeurs en Israël. En effet, le respect des lois et des réglementations en matière de travail est crucial pour garantir un environnement de travail équitable et respectueux des droits des employés.

En Israël, les employeurs sont tenus de respecter certaines obligations envers leurs employés. Cela comprend le respect des normes de travail, le paiement des salaires conformément aux lois en vigueur, l’octroi de congés payés et de congés maladie, ainsi que le respect des délais de préavis en cas de licenciement.

D’une part, les employeurs ont le droit de fixer des exigences et des attentes claires pour leurs employés, de définir les conditions de travail et de prendre des mesures disciplinaires en cas de non-respect de ces conditions. D’autre part, les employeurs doivent respecter les droits des employés, tels que le paiement des salaires, la fourniture d’un environnement de travail sûr et sain, et le respect des lois sur les congés payés et les congés maladie.

Il est également important de noter que les employeurs doivent se conformer aux réglementations en matière de sécurité sociale et de cotisations patronales. Ces cotisations sont utilisées pour financer les programmes de sécurité sociale et les prestations auxquelles les employés ont droit, telles que l’assurance maladie, les allocations familiales et la retraite.

Le droit du travail est un domaine complexe et en constante évolution. Les lois et les réglementations peuvent varier en fonction de nombreux facteurs tels que le pays, la région, l’industrie et les conventions collectives. Il est donc essentiel de bénéficier des conseils d’un expert qui pourra vous guider et vous informer sur vos droits et obligations en tant qu’employé.

Un avocat spécialisé dans le droit du travail sera en mesure de vous aider à comprendre les implications légales de votre situation spécifique, que ce soit en ce qui concerne vos conditions de travail, vos avantages sociaux, les procédures de licenciement ou tout autre aspect lié à votre emploi.

De plus, les avocats spécialisés dans les relations de travail sont au fait des dernières évolutions législatives et jurisprudentielles, ce qui leur permet de vous fournir des conseils actualisés et pertinents. Ils peuvent également vous aider à comprendre les dispositions légales et les conventions collectives applicables à votre situation afin de vous assurer que vos droits sont respectés.
Notre cabinet rassemble une équipe d’avocats partenaires hautement qualifiés, chacun spécialisé dans sa propre juridiction. Que vous ayez besoin d’une expertise en droit du travail, en droit des affaires ou dans tout autre domaine juridique, nous avons les compétences nécessaires pour accompagner chaque employé en Israel.

NOS VIDÉOS

Nos dernières vidéos de fiscalité et expertise comptable

En partenariat avec :
NOS DERNIÈRES ANALYSES

Retrouvez nos derniers articles & conseils.

En partenariat avec :
Inscrivez vous à la Business Letter

Pour faire partie de notre réseau de correspondants privilégiés et recevoir en exclusivité nos conseils d’experts :

Nos Bureaux en Israël

Nos Conseillers à Tel Aviv

Cabinet Expert comptable Israel
Adresse: 31 boulevard Rothschild, Tel-Aviv (Israël)
Téléphone: 03-9446635
Fax: 03-9494682
Email: office@cpa-dray.com

Nos Conseillers à Jérusalem

Cabinet Expert comptable Israel
Adresse: Kanfei Nesharim 68. Merkaz Oranim
Téléphone: 02 631 9000
Fax: 02 631 9005
Email: office@cpa-dray.com