...

Stratégies fiscales en temps de guerre en ISRAEL : Comment Israël pense à financer son économie de guerre ?

guerre en Israël

Contexte de la guerre en Israël et impact sur l’économie

La guerre en Israël engendre des conséquences significatives sur l’économie du pays, notamment en raison des dépenses militaires et de la destruction des infrastructures. Ces impacts économiques exigent une réflexion stratégique sur le financement de la guerre et le soutien aux entreprises et aux individus touchés.

Importance des stratégies fiscales pour financer l’économie de guerre

Les stratégies fiscales jouent un rôle crucial pour financer l’économie de guerre en Israël. Des mesures telles que l’augmentation des impôts, la mise en place de mesures fiscales incitatives et la gestion optimale des ressources fiscales sont essentielles pour soutenir l’économie et assurer la stabilité financière pendant cette période difficile.

Finances publiques et mobilisation des ressources économiques

La guerre en Israël met en évidence l’importance des finances publiques et de la mobilisation des ressources économiques pour soutenir l’économie du pays. Cette section se concentre sur les mesures prises pour soutenir les entreprises impactées par la guerre, l’impact de la guerre sur les marchés financiers et les conséquences sur l’économie israélienne.

Plan d’aide d’urgence pour les entreprises impactées par la guerre

Un plan d’aide d’urgence a été approuvé par la Knesset pour soutenir les entrepreneurs et les salariés touchés par la guerre a GAZA. Le montant et les objectifs de ce plan d’aide visent à fournir un soutien financier aux entreprises et aux travailleurs directement touchés par le conflit. Cependant, certaines critiques soulignent les limites de ce plan d’aide, le considérant comme insuffisant pour couvrir les besoins réels des entreprises et des individus concernés.

Impact de la guerre sur les marchés financiers

La guerre en Israël a également un impact significatif sur les marchés financiers, avec des investissements accrus dans le secteur de la défense. Les investisseurs cherchent à tirer parti des opportunités offertes par le conflit, mais cela peut également entraîner des incertitudes et des fluctuations sur les marchés financiers. Les attentes et les réactions du marché face à la guerre sont variables, avec certains investisseurs adoptant une approche prudente tandis que d’autres cherchent à capitaliser sur la situation.

Conséquences sur l’économie israélienne

La guerre en Israël provoque des perturbations et des difficultés économiques pour de nombreuses entreprises et individus. Les infrastructures endommagées, les fermetures d’entreprises et les pertes d’emplois ont un impact négatif sur l’économie du pays. Face à ces défis, l’État joue un rôle crucial pour soutenir l’économie et assurer la stabilité financière. Les mesures fiscales et les plans d’aide d’urgence sont des exemples d’actions prises par le gouvernement pour aider les entreprises et les individus touchés par la guerre.

Stratégies fiscales en temps de guerre

En période de guerre, les stratégies fiscales jouent un rôle crucial pour financer les dépenses liées au conflit et soutenir l’économie du pays. Cette section abordera l’augmentation des impôts et taxes pour financer la guerre, la mise en place de mesures fiscales incitatives et la gestion optimale des ressources fiscales.

Augmentation des impôts et taxes pour financer la guerre

L’une des principales stratégies fiscales en temps de guerre consiste à augmenter les impôts et les taxes pour financer les dépenses liées au conflit. Des exemples d’augmentation des impôts pourraient inclure une hausse des taux d’imposition sur le revenu, des taxes sur les biens et services, ou encore des taxes sur les transactions financières. Ces augmentations ont un impact sur les contribuables et les entreprises, qui doivent faire face à des charges fiscales plus élevées en période de guerre.

Alors quelles sont les solutions concrètement ?

Le service des impôts ne ferme pas la porte aujourd’hui quant à la provenance des milliards manquants pour le pays. Il a été suggéré de réduire certaines des exonérations fiscales coûteuses accordées au public, notamment les avantages fiscaux sur les dépôts de Keren Ichtalmout, les points d’impôt pour les parents d’enfants, et plus encore.

Cependant, selon les experts fiscaux, il existe d’autres sources de revenus et des mesures différentes qui pourraient enrichir les coffres de l’État. Parmi ces mesures, les experts mentionnent:

  1. L’introduction d’une déclaration volontaire, permettant aux citoyens de signaler l’argent qu’ils ont caché au gouvernement sans craindre des poursuites pénales.
  2. La réduction d’impôts lors du rapatriement de fonds vers le pays.
  3. Et une proposition impopulaire auprès du public – l’annulation de l’exemption de TVA sur les achats en ligne à l’étranger jusqu’à 75 dollars.

Parmi les exemples cités plus haut, qui concerneraient le fait de faire une nouvelle procédure de déclaration volontaire, le directeur de l’Administration fiscale a révélé qu’il avait l’intention de promouvoir cette démarche auprès du ministère de la Justice. Lors des précédentes procédures de déclaration volontaire, l’État a collecté environ 153 millions de shekels dans le cadre de la procédure qui s’est terminée en 2019, et plus de 3,5 milliards de shekels dans le cadre des procédures appliquées entre 2014 et 2016. Par conséquent, l’Administration fiscale considère cela comme un moyen rapide et efficace d’injecter de l’argent dans le pays.

La procédure de déclaration volontaire, dans laquelle l’État a récemment pris des mesures, a réussi à amener un large public de citoyens israéliens à déclarer des revenus et des fonds qui n’avaient pas été déclarés auparavant. Au-delà de cela, le processus de déclaration volontaire élargit la portée du cercle des contribuables même pour les années fiscales à venir. Ainsi, dans le cadre de ce processus, l’État bénéficie d’une augmentation des recouvrements actuels et d’une augmentation attendue dans le futur. »

Libération des bénéfices non distribués

Une autre mesure qui pourrait injecter des dizaines voire des centaines de millions dans les coffres de l’État est l’opération « Libération des bénéfices non distribués ». Cette opération faite en 2017, au cours de laquelle l’État a permis aux entreprises de libérer des bénéfices accumulés sous forme de dividendes avec un paiement d’impôt réduit. Dans le cadre de cette opération, les entreprises ont distribué des dividendes d’un montant total d’environ 35 milliards de shekels et ont payé un impôt total de 8.75 milliards de shekels. Le montant recouvré par cette opération est bien supérieur aux estimations initiales, qui s’élevaient à environ un milliard de shekels.

Il est indéniable qu’une réduction ponctuelle du taux d’impôt, par exemple de 33% à 25% pour une période limitée et courte, incitera un large public d’actionnaires majoritaires à effectuer des distributions comme mentionné et à des montants non négligeables. Le même raisonnement s’applique également à la facilitation de l’importation de dividendes étrangers en Israël. Cela pourrait servir à des fins de renflouement des caisses de l’État. De nombreuses entreprises israéliennes évitent de rapatrier des bénéfices emprisonnés de filiales étrangères détenues par des Israéliens en raison de l’obligation de payer un impôt complet ou partiel (en raison des mécanismes de crédit).

Mise en place de mesures fiscales incitatives

Parallèlement à l’augmentation des impôts, les gouvernements peuvent mettre en place des mesures fiscales incitatives pour encourager les investissements et soutenir les entreprises en difficulté. Par exemple, des avantages fiscaux peuvent être accordés aux investisseurs étrangers qui apportent des capitaux dans le pays en période de guerre.

Gestion optimale des ressources fiscales

La gestion optimale des ressources fiscales est essentielle pour assurer la stabilité financière du pays en temps de guerre. Les cabinets comptables experts, jouent un rôle crucial dans cette gestion en aidant les entreprises et les particuliers à naviguer dans le contexte fiscal complexe et changeant. Les services proposés par ces cabinets incluent la création d’entreprise, la comptabilité, la déclaration fiscale et les services bancaires, permettant ainsi aux entreprises de se concentrer sur leurs activités tout en respectant leurs obligations fiscales.

En conclusion, les stratégies fiscales en temps de guerre sont essentielles pour financer les dépenses liées au conflit et soutenir l’économie du pays. L’augmentation des impôts et taxes, la mise en place de mesures fiscales incitatives et la gestion optimale des ressources fiscales sont autant d’approches qui peuvent être mises en œuvre pour assurer la stabilité financière en période de guerre.

Perspective pour l’avenir

La guerre en Israël soulève des questions importantes sur l’avenir du financement de l’économie de guerre et la stabilité économique du pays. Cette section aborde le rôle des stratégies fiscales dans le financement de l’économie de guerre et les défis à relever pour assurer la stabilité économique en temps de guerre.

Rôle des stratégies fiscales dans le financement de l’économie de guerre

Les stratégies fiscales jouent un rôle crucial dans le financement de l’économie de guerre, en fournissant des ressources financières essentielles pour soutenir les dépenses liées au conflit et assurer la stabilité économique du pays. L’augmentation des impôts et taxes, la mise en place de mesures fiscales incitatives et la gestion optimale des ressources fiscales sont autant de stratégies qui peuvent être mises en œuvre pour financer l’économie de guerre et assurer la stabilité financière en période de guerre.

Défis à relever pour assurer la stabilité économique en temps de guerre

Les défis à relever pour assurer la stabilité économique en temps de guerre comprennent la nécessité de maintenir un équilibre entre les besoins de financement de la guerre et les besoins des entreprises et des individus touchés par le conflit. Cela implique de trouver des solutions pour minimiser l’impact des augmentations d’impôts et de taxes sur les contribuables et les entreprises, tout en veillant à ce que les ressources fiscales soient utilisées de manière efficace et équitable. De plus, il est crucial de soutenir les entreprises en difficulté et d’encourager les investissements pour stimuler la croissance économique et la création d’emplois, même en période de guerre.

En conclusion, la perspective pour l’avenir souligne l’importance des stratégies fiscales pour financer l’économie de guerre en Israël et assurer la stabilité économique du pays en temps de guerre. Les défis à relever sont nombreux, mais avec une planification fiscale adéquate et le soutien d’experts comptables, les entreprises et les particuliers peuvent naviguer dans ce contexte complexe et incertain avec plus de confiance.

Soutien fiscal stratégique

En résumé, les stratégies fiscales en temps de guerre en Israël comprennent l’augmentation des impôts et taxes, la mise en place de mesures fiscales incitatives et la gestion optimale des ressources fiscales. Ces approches contribuent au financement des dépenses liées au conflit et au soutien de l’économie du pays. La planification fiscale et le soutien professionnel offerts par des cabinets comptables experts, tels que le cabinet Dray & Natco, sont essentiels pour aider les entreprises à naviguer dans ce contexte complexe et incertain.

NOS BUREAUX

Jérusalem

Kanfei Nesharim 68. Merkaz Oranim.

Tel Aviv

31 boulevard Rothschild

NOUS CONTACTER

Téléphone : 02 631 9000
Fax : 02 631 9005
Email : office@cpa-dray.com

Vous avez d'autres questions ? Notre équipe est prête à vous aider

NOS VIDÉOS

Nos dernières vidéos de fiscalité et expertise comptable

En partenariat avec :
NOS DERNIÈRES ANALYSES

Retrouvez nos derniers articles & conseils.

En partenariat avec :

Contact

Nos Bureaux en Israël

Notre cabinet se spécialise dans la comptabilité et la fiscalité israélienne, avec une expertise poussée sur les avantages accordés aux Olim Hadashim et à l’optimisation fiscale.

Nos Conseillers à Tel Aviv

Cabinet Expert comptable Israel
Adresse: 31 boulevard Rothschild, Tel-Aviv (Israël)
Téléphone: 03-9446635
Fax: 03-9494682
Email: office@cpa-dray.com

Nos Conseillers à Jérusalem

Cabinet Expert comptable Israel
Adresse: Kanfei Nesharim 68. Merkaz Oranim
Téléphone: 02 631 9000
Fax: 02 631 9005
Email: office@cpa-dray.com