Olim Hadashim – Exonération d’impôts en Israel pendant 10 ans après votre alya.

Exonération d'impôts en Israel
Reading Time: 2 minutes

En 2008, le gouvernement israélien a adopté la réforme 168 modifiant la fiscalité existante pour les Olim Hadashim.

Dorénavant, cette réforme offre aux Olim Hadashim une exonération d’impôts en Israel.

Cette exonération avait déjà été votée dans les années 90, visant à encourager la Alya en Israel.

Grâce à cette réforme, cette exonération a été élargie afin d’offrir une possibilité aux olim d’être exonérés d’impôts en Israel sur des revenus réalisés à l’étranger.

Quels sont les revenus exonérés pour un Olé Hadash ?

Les revenus exonérés sont par exemple :
  • Revenus actifs provenant d’une société étrangère, pour des services fournis à l’étranger.
  • Dividendes perçus d’une société étrangère.
  • Intérêts perçus via des placements financiers à l’étranger.
  • Revenus fonciers provenant d’un bien immobilier situé à l’étranger.
  • Retraite.
Cette exonération est offerte aux Olim pendant les 10 ans suivant la date de l’Alya.

La date de l’Alya est définie par le Misrad ha Alya, qui vous attribue la Téoudate Olé.


La réforme s’adresse aux Olim ayant fait leur Alya après 2007.

Il est important de préciser que cette réforme s’adresse aux Olim Hadashim ayant fait leur alya après le 1er Janvier 2007.
 
Les Olim ayant fait leur alya avant cette date bénéficient des avantages suivants :
Exonération pendant 5 ans suivant leur alya sur des revenus « passifs », tel que : Intérêts, dividendes, Retraite, Droits d’auteurs et Revenus fonciers perçus sur des biens immobiliers achetés à l’étranger.
 
– Exonération pendant 4 ans suivant leur alya sur des revenus « actifs », tel que : Revenus d’activité professionnelle provenant d’une activité à l’étranger qui était active au moins 5 ans avant la date de la Alya. 
C’est à dire, que la société se devait d’être active depuis au moins 5 ans avant la Alya, afin que les revenus perçus via cette entité, après la alya, soit exonérés pendant 4 ans.
 

– Exonération pendant 10 ans suivant leur alya sur des plus-values réalisées lors de la vente de biens et d’investissements étrangers, ayant été achetés avant la date de la Alya.



Vos interrogations – Nos conseils :

  • Que se passe-t-il après les 10 ans d’exonération ?
  • Est-ce que je peux « recopier » ma société française en Israël ? Quels sont les avantages fiscaux dans ce cas ?
  • Est-on obligés de déclarer la retraite perçue de France ?
  • Quelle est la fiscalité qui s’applique pour un Toshav Hozer (Résident de retour) ?

La fiscalité israélienne offre plusieurs avantages aux personnes désirant faire leur Alya. Avant de faire le pas, il convient de se préparer convenablement afin d’éviter tout accident fiscal dans le futur.

Contactez-nous afin de bénéficier d’une optimisation fiscale en Israël.

 

Votre avis nous intéresse :
Note Globale de l'article

Laisser un commentaire