Conseils aux entreprises en Israel pendant la crise du Corona

Devez-vous licencier ou mettre en congés en sans solde ?

Dans cet article nous donnerons des conseils aux entreprises en Israel pour surmonter la crise du Coronavirus.

La crise mondiale frappe des masses de travailleurs et d’entreprises. De nombreuses entreprises, en particulier les petites, sont déjà au bord de l’effondrement.

La question que beaucoup d’entreprises se posent: Comment puis-je continuer à fonctionner ou quand considérer le fait de mettre ma société en faillite ? Des milliers de travailleurs sont également mis a pied, envoyés en vacances (congés payés) ou licenciés.

Alors on fait quoi ? Dans cet article en questions réponses, nous donnons des conseils aux entreprises en Israel pour surmonter la crise du Coronavirus.

Questions et réponses

1 – Entreprises dans le domaine du tourisme, restaurants & loisirs

Q: J’ai une entreprise touristique avec plusieurs employés. Étant donné que les revenus ont baissé, ce mois-ci, je devrai mettre tous mes employés en congés sans solde parce que je n’ai aucun moyen de payer les salaires. Probablement dans deux mois, la situation reviendra à la normale en termes de virus, mais d’ici là, l’entreprise sera au bord de la faillite.

Comment puis-je éviter un effondrement ?

R: Si c’est une entreprise qui ne peut pas fonctionner en ce moment, comme le tourisme, les hôtels, les restaurants et autres entreprises de loisirs. Un plan d’urgence devrait être mis en œuvre rapidement pour éviter son effondrement.

Des accords peuvent être conclus avec les banques, les fournisseurs et les autorités sur le report des dépenses ou leurs échelonnements. Tout le monde comprend que la situation actuelle n’est pas conventionnelle et doit être prise en compte afin de faciliter la conduite des affaires.

En même temps, envisagez de rationaliser l’entreprise tout en réduisant les dépenses dans divers domaines.

Dans cette période difficile il est fortement conseiller de vous réorganiser, rationaliser et analyser le fonctionnement de votre entreprise.

Nous donnerons des conseils aux entreprises en Israel en fin d’article en ce sens.

2 – Interrogations de l’employé

Q: Je travaille pour une grande entreprise et j’ai 3 options:

  • licenciement,
  • réduction de salaire de 40% pendant deux mois,
  • congés sans solde.

Quel est le meilleur choix pour moi ?

R: Cela dépend de nombreux aspects qui concernent le salarié, son ancienneté, ses accords et plus encore.

Même si vous avez droit à des allocations de chômage, le licenciement est le pire, car le marché du travail risque d’être saturé de chômeur dans l’année à venir. Il serait peut-être préférable de garder votre travail.

60% de votre salaire est de l’argent sûr et un excellent moyen de garder votre emploi. Prenez en compte qu’au chômage un salarié percevra 70% du salaire jusqu’au plafond prévu par la loi. La meilleure façon de conserver cet emploi semble d’accepter de baisser son salaire si votre patron vous le propose.

3 – Quand une entreprise devrait-elle se tourner vers le gel des procédures / liquidation ?

Faire appel à un tribunal n’est qu’une solution. Il existe d’autres options que les propriétaires d’entreprise n’ont peut-être pas envisagées, comme demander à la banque de différer les paiements de prêt, créer un plan de redressement interne, proposer des promotions à sa clientèle, élargir sa gamme de produits, créer et développer l’activité sur internet, etc.

C’est une période difficile pour tout le monde. Pour vous, c’est certain, mais pour vos concurrents aussi. Profitez de cette période pour gagner des parts de marché et diversifier vos offres.

Votre entreprise mérite que vous lui consacriez toute votre attention pour surmonter cette épreuve.

Si vous êtes en Bidoud, analysez votre secteur de marché, effectuez une étude SWOT sur votre entreprise pour rebondir de plus belle quand cette crise sera derrière nous si D… veut.

4 – Faire un prêt a la banque

Q: L’entreprise n’a plus de trésorerie a cause de la crise du CoronaVirus en Israel. Qui doit demander un prêt ou une aide et à quoi faire attention ?

R: Premièrement, ne soyez pas tenté d’emprunter auprès d’entités douteuses dans des conditions de commerce déraisonnables.

Deuxièmement, le gouvernement israélien a décidé d’établir un prêt garanti par l’État. Il serait envisageable de faire appel à ce service.

Troisièmement, un crédit peut être obtenu auprès de banques ou d’organismes. Ce peut être une autre source de financement dans des conditions qui soutiendront l’entreprise pendant une période difficile.

Conseil: Ne pas se précipiter a prendre un prêt. Gardez le principe qu’un prêt doit toujours être remboursé. Ce n’est pas une subvention.

Analyser vos besoins et prenez conseils auprès de spécialistes.

5 – Contrat de location

Q: J’ai un contrat de location pour les bureaux de l’entreprise et je ne pense pas pouvoir honorer mes quittances de loyer. Que faire ?

R: Une distinction doit être faite entre le court terme et le long terme, et selon cela, prendre des décisions. Si la location est requise pour le court terme, cela ne vaut pas la peine de casser votre accord.

Cependant, un contrat de location à long terme qui ne servirait pas à l’entreprise et serait un poids pour elle doit être analysé. Des mesures rapides doivent être prises pour être libéré de cet accord, un sujet qui implique une lutte juridique. Faites appel à votre avocat. Si vous n’en avez pas, contactez nous. Nous vous recommanderons les services de prestataires francophones dignes de confiance.

6- Comment en suis-je arrivé là ?

Q: De très (trop) nombreuses entreprises en Israel se retrouvent dans des conditions précaires de trésorerie et fonds de roulements. Comment ces entreprises en sont arrivées la ? Comment éviter dans le futur de se retrouver dans cette situation ?

R: Trop souvent les propriétaires d’entreprises dépensent tout ce que l’entreprise a gagné. Certains dépensent même les bénéfices de l’entreprises au détriment de l’impôt sur le revenu à régler .

Le fisc israélien a même du s’en mêler en 2017 pour limiter ce genre d’abus.

Le problème vient d’abord du fait que nous sommes dans une société de consommation qui incite trop souvent les gens à dépenser même pour des choses qu’ils n’ont pas besoin. Nous ne pouvons pas changer le monde mais nous devons penser à notre futur et au futur de notre descendance. Un virus, une nouvelle concurrence dans notre secteur d’activité, notre personnel qui s’en va etc… peuvent ruiner le travail de plusieurs années.

La roue tourne et des fois elle tourne trop vite, sans prévenir.

Conseils aux entreprises en Israël pour penser au lendemain :

  1. Se fixer un budget en fonction de vos besoins et non de vos revenus.
  2. Se conformer et respecter le budget prévu.
  3. Penser à investir les bénéfices de l’entreprise:
    1. Investissements immobiliers : si votre entreprise investi dans l’immobilier, cela vous évite de distribuer ces fonds et donc de payer de l’impôt sur le revenu trop tôt. Ceci sera également reconnue comme une dépense pour votre entreprise via l’amortissement ! Cliquez ici pour plus d’informations sur les investissements immobiliers.
    2. Investissements dans des fonds (keren Ichtalmout, épargnes, retraites).
  4. Prévoir un fond de roulement convenable et conséquent, pour ne pas se retrouver toujours restreint. Par principe, une entreprise si elle veut tenir sur le long terme, ne doit jamais se retrouvée à la limite de son taux d’endettement maximale. L’expérience nous montre qu’une telle entreprise ne pourra pas tenir sur le long terme. Le propriétaire de l’entreprise devra moduler son train de vie pour une certaine période s’il veut s’y conformer. Sinon malheureusement ce sera le fisc, les banques, les huissiers qui vous feront revenir à la réalité. Comme dit le dicton, “un homme averti en vaut deux”.
  5. Prendre conseils auprès d’organismes ou de spécialistes qui sauront vous aider à prendre les bonnes décisions.

Conclusion: Gardez pour principe que personne ne le fera à votre place, vous êtes le seul à pouvoir (et devoir) prendre les bonnes décisions.

Pour vous rassurer, beaucoup d’opportunistes font d’excellentes affaires aujourd’hui même en cette période de crise !

Quelques exemples pour vous “mettre sur la voie” :

  • Opérations immobilières “bloquées”, où le vendeur se retrouve en mauvaise posture. Cela représente une vraie opportunité d’achat.
  • Contrats à terme pour profiter de la hausse de l’euro par rapport au shekel, et sécuriser vos futurs années.
  • Achat de matériel / fournitures nécessaires à la vie quotidienne de votre entreprise en profitant des “grosses réductions” proposées par vos fournisseurs réguliers.

Nous souhaitons une bonne santé à tous nos lecteurs et à tout le peuple juif.