Retraite en Israel

Comment déclarer votre retraite en Israel ?

En résumé.

Un retraité du secteur privé en France, qui est résident fiscal israélien, doit payer sa retraite en Israel et non en France.

Pendant les 10 premières années de la Alya, un Olé Hadash est exonéré et n’a pas besoin de déclarer cette retraite au fisc israélien.

Dès la fin de la dixième année, il doit déclarer sa retraite en Israel, et choisir la méthode d’imposition qu’il souhaite appliquer.

La retraite française perçue en Israel : obligation de déclarer.

La convention fiscale de non double imposition entre la France et Israël traite le sujet des retraites dans l’article 18. Un résident fiscal israélien, percevant une retraite de France doit donc déclarer sa retraite en Israel, et non plus en France.

Pour reprendre les termes de la convention :

Les pensions, rentes viagères et autres rémunérations similaires payées à un résident d’un Etat contractant ne sont imposables que dans cet Etat. (Art. 18).

Les retraites qui sont concernées sont les retraites perçues via la fonction privée.

Si vous percevez la retraite de la fonction publique (fonctionnaire d’état), vous restez imposable en France, même si vous êtes devenu résident fiscal israélien.

Quel est le taux d'imposition sur la retraite en Israel ?

Il existe 2 options pour déclarer votre retraite en Israel :
1. Opter pour le “barème israélien“.
Dans ce cas vous êtes imposés comme un résident fiscal israélien. Il y a un abattement autorisé sur le montant de la retraite perçue. 
Le restant est imposable en Israel, selon les tranches d’imposition de l’impôt sur le revenu de la personne physique. (IR).
Nous ajoutons donc le montant imposable de votre retraite à vos autres revenus en Israel (revenus locatifs, revenus financiers, dividendes etc…).
L’impôt final sera donc calculé en fonction des tranches d’imposition (palier d’imposition en Israel), qui varie en fonction de vos autres revenus.

Nous rappelons ici que les tranches d’imposition en Israel sont personnelles, et non par foyer fiscal.
Nous ne regardons pas les revenus du couple (ou du foyer fiscal), nous regardons le niveau de revenu personnel pour chaque membre du couple, et chaque membre est imposé selon ses propres revenus.

Vous pouvez dans ce cas bénéficier également des crédits d’impôts autorisés en Israel.

2. Plafonner votre imposition en Israel au “taux d’imposition applicable en France”.
Le système d’impôt israélien permet de ne jamais payer plus d’impôts en Israel que ce que vous auriez payé en France. 
L’état israélien souhaite encourager les retraités à venir habiter en Israel, et ont établi un barème préférentiel pour ne pas impacter négativement sur leur imposition.

Quel est le meilleur régime à choisir pour déclarer sa retraite en Israel ?

Dans la pratique, le barème israélien est souvent plus avantageux que le système d’imposition français. Les abattements autorisés, ainsi que les crédits d’impôts déductibles viennent faire pencher la balance vers une déclaration au “taux israélien”.

Evidemment, chaque cas est particulier et il convient de faire une étude approfondie pour trancher le meilleur forfait applicable.

Afin d'éviter tout malentendu.

Peu importe le forfait que vous choisissez, votre retraite doit être déclarée en Israel et non en France.

Comment déclarer votre retraite perçue via la Suisse, Belgique ou ailleurs ?

Chaque convention fiscale a d’autres dispositions avec Israel.

Il convient de se rapprocher d’un conseiller fiscal pour établir votre obligation déclarative ou non.

Israël a signé des conventions avec plus de 50 pays différents, chaque cas est donc particulier.

Contactez-nous pour plus d’informations.

Comment déclarer votre retraite à votre arrivée en Israel (10 premières années).

Pendant 10 ans, Israel exonère le nouvel immigrant sur les revenus étrangers.

Par conséquent, le Olé Hadash est dispensé de déclarer sa retraite en Israel pendant les 10 premières années qui suivent sa date de Alya.

Nous avons donc la possibilité de ne pas déclarer sa retraite en France (lorsque nous signalons à la France que nous ne sommes plus résidents fiscaux français), ni en Israel.

Vous aurez donc une absence d’imposition pendant les 10 premières années de la Alya, à la fois en France et également en Israel.

 

Nous rappelons ici que si la retraite est une retraite de la fonction publique française vous devrez continuer à payer vos impôts en France, peu importe si vous avez fait la Alya. (Art 19 de la convention).

Attention !

Les impôts français peuvent demander à recevoir une preuve de déclaration de votre retraite en Israel. (Même pendant les 10 ans).
Si vous êtes concerné par cette demande de la part du fisc français, n'hésitez pas à nous consulter.

En résumé :

Un retraité du secteur privé en France, qui est résident fiscal israélien, doit payer sa retraite en Israel et non en France.

Pendant les 10 premières années de la Alya, un Olé Hadash est exonéré et n’a pas besoin de déclarer cette retraite au fisc israélien.

Dès la fin de la dixième année, il doit déclarer sa retraite en Israel, et choisir la méthode d’imposition qu’il souhaite appliquer.

La France peut toutefois demander une preuve déclarative même pendant vos 10 années d’Alya.

Le système d’imposition israélien est souvent moins cher que le système français.

Rappelez vous : Vous ne paierez jamais plus que ce que vous auriez du payer en France.

Objectif des impôts en Israel :

Encourager les retraités à venir habiter en Israel.

Vos interrogations - Nos conseils

Vous souhaitez avoir plus d'informations ?
Contactez-nous

Partagez cet article sur :

RECHERCHE
PAR MOTS-Clé

AU MENU
ANALYSES § ACTUS

Retrouvez-nous sur :

Articles qui pourraient aussi vous intéresser :

Abonnez-vous
à la newsletter

Recevez nos tips, conseils, astuces pour mieux comprendre