Les changements de 2019 qui affecteront votre portefeuille

changements en Israel
Reading Time: 7 minutes

Quels nouveaux changements en Israel pour 2019 ?

L’année 2018 est terminée et de nombreux changements en Israel entrent en vigueur en 2019. Les domaines les plus touchés seront ;

  • La banque avec la réduction du taux d’intérêt sur les emprunts,
  • Les polices d’assurance véhicule,
  • L’épargne,
  • et les retraites.

Et ils devraient affecter le portefeuille de chacun d’entre nous.

Limitation de l’utilisation des paiements en espèces en Israel.

À compter de janvier 2019, les paiements en espèces seront limités en Israël. Selon la loi, il ne sera pas possible de payer en espèces lors d’une transaction avec un concessionnaire ou un prestataire de services pour des transactions d’une valeur supérieure à 11 000 Nis.

Toute transaction dépassant le montant limité ne sera possible que par chèque, virement bancaire ou carte de crédit.


Lire aussi: Réformes sur la limitation des espèces en Israel


Toutefois, il sera possible de payer jusqu’à 10% du prix de la transaction en espèces.

A condition que le montant en espèces ne dépasse pas le seuil de 11 000 shekels. Par exemple, si une personne souhaite acheter un réfrigérateur pour 15 000 NIS, étant donné que le montant total de la transaction dépasse 11 000 NIS, il ne pourra en espèces que 1 500 NIS (10%).

Par ailleurs, dans le cadre d’une transaction d’une valeur de 200 000 NIS (par exemple, l’achat d’une voiture), le montant maximal en espèces pouvant être payé en espèces sera de 11 000 NIS (moins de 10%).

Qu’en est il pour les transactions entre particuliers ?

La restriction sera valable pour un montant supérieur à 50 000 NIS. Par exemple, une personne privée qui achète une voiture d’occasion à un autre particulier pour 45 000 NIS pourra payer en espèces toute la somme.

Dans une transaction supérieure à 50 000 NIS, les deux peuvent payer ou recevoir un paiement en espèces uniquement jusqu’à 10% du prix de la transaction ou 50 000 NIS – le montant le plus bas étant retenu.


Ne ratez aucun article !

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle :



Le système qui est censé abaisser nos taux d’intérêt

Envisagez-vous de prendre un prêt ?

Aujourd’hui, la plupart des informations sur les clients – leur situation financière, leur capacité à rembourser leurs emprunts et leur niveau de risque – figurent parmi les plus grandes banques israéliennes. Cela donne aux banques un avantage concurrentiel important et retarde la concurrence sur le marché du crédit à la consommation.

Un client qui souhaite obtenir un prêt en dehors de la banque, par exemple auprès d’une société émettrice de cartes de crédit, est obligé de payer des taux d’intérêt plus élevés pour « risque supplémentaire ».

En effet, la société émettrice de cartes de crédit ne dispose pas de données complètes sur le client. Qu’il s’agisse d’un client qui remboursera ses prêts à temps, ou d’un client problématique qui ne remboursera pas ses dettes.

De nombreux ménages et petites entreprises sont obligés de payer plus que nécessaire sans raison réelle.

Afin de résoudre ce problème, la Knesset a adopté, il y a deux ans, une loi sur les données de crédit conçue pour consolider en une seule base de données toutes les données financières de la population israélienne.

Cette base de données, qui devrait commencer à fonctionner en avril 2019, contiendra en fait toutes les données nécessaires pour déterminer la cote de crédit du client.

Cette information peut être obtenue par l’entité financière auprès de laquelle le client souhaite obtenir un prêt et, par conséquent, le même organisme déterminera le niveau du risque de non paiement pour ce client.

L’idée est qu’un partage accru du crédit encouragera probablement la concurrence entre prêteurs pour l’octroi de crédits, l’augmentation du crédit aux clients et l’amélioration des conditions de crédit des emprunteurs.

Comment cela va se mettre en place réellement ?

Outre les banques, les données seront fournies par les institutions financières et même par des organismes publics : le séquestre officiel, le Bureau de l’exécution (« Otsaa lapoal »), la Banque d’Israël, les tribunaux, la Banque postale, les sociétés de cartes de crédit et toute les grandes entités fournissant du crédit.

Un client souhaitant obtenir un prêt d’une entité financière autorisera cette entité à recevoir des informations de la base de données. L’organisme financier doit s’adresser aux bureaux de crédit – organisme intermédiaire qui a reçu l’approbation de la Banque d’Israël, pour demander la notation du client. Le bureau de crédit traitera les données de la base de données et les soumettra en quelques secondes à l’entité financière, avec une note qu’elle déterminera pour le client.

L’organisme financier peut utiliser la notation ou analyser les données elles-mêmes et décider du prêt.

Le vrai changement pour 2019 étant que pendant des années, il était possible d’obtenir des informations sur un client, mais uniquement des informations négatives auprès du bureau d’exécution(« Otsaa lapoal »), du séquestre officiel, etc.

La réelle innovation dans la nouvelle base de données vise à absorber des informations positives sur le client.

La nouvelle situation suscite des inquiétudes quant au préjudice causé aux clients pour lesquels la plupart ou la totalité des informations seront négatives. Ou encore à ceux qui ne souhaitent pas être informés. Ces clients peuvent recevoir des taux d’intérêt plus élevés que ceux qu’ils paient aujourd’hui, voire se faire refuser tout crédit.


La loi sur le crédit équitable – bientôt dans les banques.

L’année dernière, la première partie de la loi sur les arrangements en matière de prêts non bancaires, plus connue sous son autre nom « loi relative au crédit équitable », est entrée en vigueur.

L’article principal de la loi est la fixation d’un taux d’intérêt maximal sur un prêt. Quiconque consent un emprunt ne sera pas en mesure de percevoir des intérêts plus élevés que le taux d’intérêt maximum qui sera basé sur le taux d’intérêt de la Banque d’Israël (actuellement 0,1%), majoré de 15%.

La loi cherche également à mettre de l’ordre dans l’anarchie du taux d’intérêt des arriérés.

À plusieurs reprises, en cas de non-respect des dates de remboursement du prêt, les prêteurs fixent un taux d’arriérés scandaleux. À présent, ce taux d’intérêt est fixé par la loi et se situera dans une fourchette allant jusqu’à 3% (le coût maximal du crédit multiplié par 1,2 par an). En d’autres termes, étant donné que le taux d’intérêt de la Banque d’Israël aujourd’hui, le taux d’intérêt maximum possible est le taux d’intérêt de la Banque d’Israël + 15% + 3% d’arriérés, c’est-à-dire le taux d’intérêt de la Banque d’Israël + 18%.

Dans le cas d’un prêt à court terme (jusqu’à trois mois), il a été déterminé que le taux d’intérêt maximum est égal au taux de la Banque d’Israël + 20% (non compris les intérêts de retard, qui dans ce cas atteindront 4%).

Outre la question du taux d’intérêt, la loi prévoit des sanctions claires à l’encontre de ceux qui la viole et impose une divulgation accrue au client, afin que l’emprunteur sache mieux quel type d’engagement il prend lorsqu’il contracte un prêt.

Quiconque outrepassera ce plafond sera passible de sanctions pouvant atteindre des millions de shekels. En outre, un plafond « d’intérêts criminels » a été fixé, à savoir le taux d’intérêt de la Banque d’Israël plus 30%.

Quiconque outrepassera ce plafond sera passible d’une peine de trois ans d’emprisonnement.

Qu’était la loi avant cette réforme

À ce jour, le système bancaire ne connaît aucune restriction en ce qui concerne le taux d’intérêt et le système non bancaire, bien qu’il existe une limite: elle n’a pas du tout été appliquée.

La loi était censée s’appliquer à tous les prêts accordés par les banques et les sociétés de cartes de crédit, mais ce n’est en fait que l’année dernière que la charge a été imposée aux entités non bancaires. (à l’exclusion des banques et des sociétés de cartes de crédit).

L’application de la loi aux banques a également été reportée au processus de 2019.
Il convient de noter que la loi prévoit également des obligations de divulgation à l’égard des emprunteurs, notamment le taux d’intérêt, le taux de tous les paiements au prêteur, tels que les commissions, le couplage d’indexations, etc.

Finalement est ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

En dépit de sa bonne intention, la loi fixe en fait un taux d’intérêt élevé. Ce qui pourrait amener les banques à s’aligner et à augmenter leurs taux d’intérêt. Un problème que les autorités devront suivre de près pour éviter les abus.


Réduction des assurances automobile en Israel

Le site « HAR HABITOUAH – הר הביטוח » est une interface qui a été mise en service il y a environ un an et demi par le ministère du marché financier en Israel. Elle permet à chacun de recevoir, sans paiement, une image actualisée de l’état de son assurance. A savoir, pour quelle assurance il paye et quelle police d’assurance il détient.

À compter de mars 2019, l’interface comprendra également un rapport spécifique sur la voiture.

Ceci obligera les compagnies d’assurance à certifier l’absence de réclamations, afin de réduire la prime. Ce rapport pourra être imprimé et envoyer comme preuve sur l’absence de réclamation sans avoir à contacter les compagnies d’assurances auprès desquelles il était assuré.

Un gain de temps non négligeable.


Pension obligatoire pour les indépendants – Attention aux amendes

À compter de 2017, chaque travailleur indépendant est tenu de déposer une épargne-retraite correspondant au salaire moyen en Israel.

En contrepartie, les cotisations au Bitouah Leoumi ont été réduites à la plupart des travailleurs indépendants et les avantages fiscaux accordés aux travailleurs indépendants au titre des contributions aux fonds d’épargne-pension et de formation ont été améliorés.


Lire aussi: Retraites obligatoire pour les indépendants en Israel


Dans le même temps, il a été déterminé que l’administration fiscale transmettrait une fois par an à l’Administration de la mise en application et du recouvrement une liste des travailleurs indépendants qui n’avaient pas déposé d’épargne pour leur retraite.

Une personne indépendante qui ne cotisera pas pour épargner pour sa retraite se verra infliger une amende par l’autorité chargée de l’application des lois et du recouvrement de 500 NIS.

En réalité, cette sanction débutera en 2019 pour ceux qui n’auront pas épargnée pour leur retraite pour l’année 2018.


Réponse téléphonique dans les six minutes.

En juillet 2018, un amendement à la loi sur la protection du consommateur a été approuvé. Il modifiait la loi sur les assurances et la loi sur les caisses d’épargnes. Le délai d’attente dans le système automatisé d’acheminement des appels et jusqu’à réception d’une réponse humaine professionnelle ne peut excéder six minutes à compter du début de l’appel.

Cela se fait dans au moins trois types de services:

  • Le traitement des dysfonctionnements
  • La clarification des comptes
  • La résiliation du contrat.

L’amendement à la loi définit les options d’acheminement des appels auxquels le consommateur sera dirigé. Notamment l’ajout d’une option « Laisser un message ». Mais le demandeur ne sera pas dirigé vers cette option pour les types de services ci-dessus, à moins qu’il ne le décide.

La modification entrera en vigueur le 25 juillet 2019. La loi s’appliquera également au système financier, y compris les banques, les compagnies d’assurance, les sociétés de gestion et autres.


Du bon et du moins bon

Les changements en Israel pour 2019 semblent pouvoir améliorer notre quotidien.

Certains ne retiendront que les réformes comme la limitation de l’espèces ou les amendes pour les indépendants ne cotisant pas pour leur retraites vu qu’elles sont contraignantes.

D’autres retiendront qu’ils pourront emprunter à de plus faibles taux ou pourront économiser de l’argent sur leurs assurances automobiles.

Quoiqu’il en soit, ces changements sont là et sont déjà appliqués. L’objectif étant d’assurer un plus grand pouvoir d’achat en Israel.

Et vous, quel est le changement qui va le plus vous impacter ? Laissez-nous votre réponse dans les commentaires.

Votre avis nous intéresse :
Note Globale de l'article

Laisser un commentaire